Plan Alimentaire Territorial

La France est dotée à ce jour d’une logistique pour son alimentation humaine si efficace que ce n’est quasiment plus un souci majeur pour la plupart d’entre nous… Sauf lorsqu’un grain de sable vient enrayer la belle mécanique qui conduit du producteur au consommateur via les transformateurs et les distributeurs. La mondialisation au meilleur de sa forme permettait de cueillir un avocat en amérique centrale et de le consommer deux ou trois jours plus tard sur notre table.

Le grain de sable début 2020 a pris la forme d’un virus qui a failli ruiner les efforts de mise en place de cette belle mécanique. Transports enrayés par l’interdiction de franchissement des frontières! Et l’exemple de l’avocat (le légume) n’est qu’un épiphénomène des perturbations entraînées par l’arrivée brutale de la Covid.

Depuis quelques années, les scientifiques alertaient sur les dangers de cette trop grande interdépendance alimentaire entre pays, sur le coût induit par des transports amenés à se renchérir et surtout de l’impact de ces transports sur le dérèglement climatique.

Il était urgent de penser à se nourrir un peu plus localement comme l’ont longtemps fait nos ancêtres. L’idée est donc née de développer des Projets Alimentaires Territoriaux ayant pour objectif premier de redonner à nos territoires une certaine autonomie dans leur alimentation.

Mais c’était sans compter sur les (mauvaises) habitudes prises par les consommateurs quant à leurs achats de nourriture. Produire localement est vertueux; encore faut-il que les “mangeurs” veuillent bien cuisiner les produits locaux! Encore faut-il que des transformateurs locaux aient la capacité de transformer les produits de nos agriculteurs en ingrédients utilisables par les cuisinières et cuisiniers!

Le pays de Sarrebourg a donc saisi l’opportunité offerte par l’État français dans le cadre du plan de Transition de financer de telles études et réalisations pour lancer son propre projet P.A.T.. Et comme nous l’avons vu, rien ne peut se faire de sérieux dans ce domaine sans une bonne volonté des habitants consom’acteurs.

Le PETR a donc lancé une invitation au Conseil de Développement du Pays de Sarrebourg de rassembler 25 citoyens qui participeront le 9 septembre de 18h30 à 20h30 à la salle des fêtes de Maizières-les-Vic à un atelier qui permettra d’examiner les conditions dans lesquelles des projets de relocalisation de nos productions alimentaires pourrait réussir. Cet atelier sera précédé le 26 août par une présentation de l’état du dossier précédemment élaboré avec les professionnels du secteur de 18h30 à 20h30 à l’Espace Le Lorrain de Sarrebourg. Les membres adhérents du Codev sont invités à se faire connaître auprès de Nadia Villemin, chargée de projet au PETR en s’inscrivant par courriel à l’adresse n.villemin@pays-sarrebourg.fr.

Pour l’inscription à l’atelier du 9 septembre, inscrivez-vous en envoyant vos coordonnées à l’adresse secretariat@conseildev-paysdesarrebourg.fr

Tags:

Pas de commentaires pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.